Frère d’arme

Publié le 3 Juin 2015

Lors de stages comme l’excellent Kishintaïkaï de Reims qui vient de s’achever, il est possible de découvrir les personnes avec lesquelles on pratique sans jamais avoir le temps de faire connaissance. Rencontrer les hommes qui se cachent derrière les techniques, se connaître mieux, c’est aussi pouvoir aller plus loin dans la pratique car on ne se livre jamais autant que lorsque l’on est en présence de personnes dont on est proche.

S’entraîner avec quelqu’un de confiance qui n’hésite pas à vous mettre en difficulté, à vous mettre face à vos propres défauts est le meilleur moyen que je connaisse pour progresser.

Avec une personne de confiance, vous pouvez travailler intensément et découvrir vos propres faiblesses, vous mettre en situation de danger, de perte de contrôle. Sachant que ce partenaire ne profitera pas de vous mais au contraire agira avec bienveillance, qu’il aura tout comme vous donné le meilleur de lui-même, il n’y aura d’amertume ni d’un côté, ni de l’autre mais simplement la joie d’avoir aujourd’hui un peu plus repoussé vos limites.

Frère d’arme

Rédigé par Issei Tamaki

Repost 0
Commenter cet article