Retour au dojo

Publié le 5 Septembre 2014

Au dojo, en stage, seul, il y a des moments appropriés pour chaque type de pratique.

 

Au dojo, c’est l’essentiel, la base, là où l’on s’entraîne régulièrement tout au long de l’année. C’est le lieu où l’on étudie son art. Même si c’est aussi pour une majorité de pratiquants, leur seul entraînement. 

 

En stage, plongé dans une pratique intensive, c’est le moment idéal pour se dépasser et dépasser, franchir des caps qui seraient plus difficiles ne serait-ce qu’à cerner au dojo. Un travail indispensable à quiconque s’investit dans la pratique. Pour ma part, je ne manque pas une occasion d’aller pratiquer comme cet été, auprès d’experts ayant quelque chose à m’apporter.

 

Seul, sans artifice, c’est le temps que l’on prend pour s’approprier les techniques étudiées et s’affranchir de partenaires pour progresser. C’est malheureusement souvent le travail le plus négligé par les pratiquants. Si le travail d’appropriation peut d’une certaine manière être fait pendant les cours, c’est autant de temps retiré à d’autres types d’exercices. Sans compter que rien ne remplace le travail solitaire dans l’apprentissage de l’autonomie. C’est un exercice qui prend de plus en plus d’importance à mesure que l’on progresse.

 

 

issei-tamaki-patrice-students

 

 

 

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas éloigné du dojo d’Herblay pendant une aussi longue période: presque les deux mois de l’été. Bien sûr, je n’ai pas pour autant cessé de pratiquer: à Brest, à Valence, au Japon et au total trois semaines avec Maître Kuroda. Mais même si j’avais pour compagnon l’excellent Tanguy durant tout ce temps, le travail au dojo me manquait et j’avais besoin de pratiquer à la fois seul pour bien ancrer les sensations que j’avais pu développer, et durant les cours afin de les retranscrire avec le vocabulaire de l’Aïkido. 

 

 

Revenir au dojo après une absence, est pour moi comme de retrouver ma seconde maison et peu de choses sont capables de me remplir autant de joie que lorsque je reviens d’une pratique intensive le corps empli de sensations à partager avec les élèves du dojo. 

 

 

Issei Wack Seiza

 

 

 

Rédigé par Issei Tamaki

Publié dans #Aïkido et Budo

Repost 0
Commenter cet article