Tamura Senseï, bière et entraînement...

Publié le 24 Août 2010

Cette nouvelle saison commence sans un mot sur celle qui vient de s’achever. Pourtant, si rien n’aura changé au dojo, tout sera différent. Tamura Senseï est décédé le 10 Juillet dernier. Le Maître que je suivais et que vous suiviez par mon intermédiaire a disparu. Certains parmi vous sont probablement déjà au courant et les anciens savent qu’une grande page de l’Aïkido vient de se tourner. Pour les plus novices, je dirai simplement, allez en stage, allez voir les maîtres avant que leur savoir ne disparaisse avec eux et que vous ne vous disiez par la suite, quel dommage, si j’avais su... ou si j’avais été moins...

 

J’ai eu cet été une conversation avec mon ami Guillaume au cours de laquelle il me disait avoir changé plusieurs fois de passeport fédéral. Je lui ai demandé en riant pourquoi car en réalité, nous avons commencé l’Aïkido à peu près au même moment et que je n’en avais jamais eu la nécessité. Il m’a répondu qu’il avait d’abord dû rajouter des pages à son passeport car il n’avait plus de place pour pouvoir inscrire les stages auxquels il avait participé, puis que par commodité, il avait finalement décidé de s’en procurer un neuf. Guillaume n’est pas un touriste de l’Aïkido qui participe à des 1/2 stages pour avoir un tampon supplémentaire et pouvoir dire « j’y étais ». Il ne demande pas d’autographe et ne se fait pas prendre en photo à la fin du stage avec le Maître. Il s’entraîne, tout simplement. Et il a suivi Tamura Senseï depuis toutes ces années dans toute la France et en Europe. Il boit de la bière cependant et là, je peux le dire, moi aussi.

 

Ne pas aller en stage parce que le temps est mauvais, que la distance est trop grande, que l’on a fait la fête hier ou que la semaine fut rude, tout cela je me le suis bien souvent dit. Aujourd’hui, j’ai manqué d’innombrables occasions d’approfondir mon Aïkido auprès de Maître Tamura. Et alors que tous ces petits tracas et inconvénients auraient pu êtres soulagés par une bonne bière partagée entre camarades fatigués.

 

Je suis là pour vous donner l’essentiel et vous corriger chaque jour, petit à petit.

Mais les entraînements auprès d’experts sont quelque chose d’indispensable.

Boire de la bière entre amis aussi sans aucun doute.

Et ne pas attendre le lendemain pour aller au Dojo une certitude.

 

Allez vous entraîner, vous aurez tout le temps de prendre une bonne bière après...

 

Rédigé par Issei Tamaki

Publié dans #Archives

Repost 0
Commenter cet article