Retour sur le stage de Brest au Misogi Dojo avec Tanguy Le Vourc’h

Publié le 27 Août 2012

Le soleil de Brest.

 

Rarement je n’aurai vécu de moment aussi agréable en Aïkido. Et malgré les bons vœux de mon frère Léo, nous avons choisi la seule semaine de pluie à Brest de tout l’été. C’est dire si nous avons étés enchantés de découvrir avec une pointe de soulagement que nous n’aurions plus vraiment envie de quitter le dojo.

 

D’abord le lieu que j’ai découvert, le centre Tsurugi est un endroit parfait pour la pratique. A la fois convivial et intime, le dojo en lui même me rappelle indéniablement l’ambiance de ces discrets dojos japonais à l’intérieur desquels la sueur et l’effort partagés procurent à l’endroit une âme que la façade ne saurait révéler.

 

Les participants ensuite, qu’ils aient étés locaux ou importés, à demeure ou de passage, m’ont étonné par leur envie d’apprendre et la confiance qu’ils ont eue en nous tout au long du stage. Si l’on peut dire que les conditions étaient idéales, la qualité d’écoute des élèves demandait en retour un niveau d’enseignement tout aussi élevé.

 

Tanguy2

 

Enfin, même si j’avais eu un aperçu de Tanguy à travers sa pratique et le temps passé ensemble à l’occasion des multiples stages que nous avons partagé, j’ai pu apprendre à le connaître au quotidien. Et ce que j’ai découvert cette semaine m’a profondément impressionné. Un homme peut faire illusion le temps d’une rencontre mais pas chaque jour à chaque instant. Et ce sont tous ces instants discrets imprégnés de force et de bienveillance qui ne me sont pas passés inaperçus et qui m’ont révélé une part de non négligeable de l’homme, sans aucun doute la part la plus importante de sa technique. J’ai entendu Maître Kuroda dire que les hommes à l’étiquette la plus parfaite étaient les hommes les plus à craindre. Cela s’applique sans conteste à Tanguy que je ne craindrai que d’offenser. Son étiquette se nourrissant de sa technique, aux échecs comme au dojo…

 

Un grand merci à Nathalie qui m’a déposé à 6h00 du matin à la gare et aux bretons sans lesquels ce stage n’aurait pas été aussi chaleureux.

 

Tanguy et moi animerons à nouveau un stage ensemble au mois de Novembre prochain, sous le soleil d’Herblay.

 

Tanguy Jo

Rédigé par Issei Tamaki

Publié dans #Aïkido et Budo

Repost 0
Commenter cet article